Avec la santé connectée, il n’est pas surprenant de voir des entreprises se développer dans ce secteur. Mais en quoi consiste la santé connectée exactement ? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui.

Informations en ligne

L’essor d’Internet et des sites de santé fait qu’aujourd’hui, nombreux sont les individus à rechercher des informations sur la santé sur le web. Comment ne pas citer le célèbre doctissimo par exemple ? Qu’il s’agisse de suivre des professionnels du secteur sur Twitter, de s’abonner à des pages Facebook, de consulter des sites spécialisés ou de poser des questions sur les forums dédiés, le sujet de la santé est devenu omniprésent sur Internet.
On peut ainsi trouver des conseils pour se remettre rapidement d’une maladie, s’auto-médicamenter (à prendre avec précautions cependant), se renseigner sur une éventuelle grossesse ou sur des recettes allégées pour les personnes souffrant de surpoids par exemple. Il est également de plus en plus possible de prendre directement rendez-vous avec un médecin via un site dédié ou de communiquer avec lui (site mesdocteurs.com par exemple).

L’essor des objets connectés

Face à un tel phénomène et aux progrès technologiques, la santé connectée a vu se développer de nombreux objets connectés allant de la montre calculant votre pouls à la balance intelligente vous indiquant votre taux de muscle et votre taux de graisse.
On trouve aussi des objets pour aider au sevrage tabagique (briquet connecté, patch connecté antitabac) ou ceux destinés à des patients souffrant d’une pathologie particulière (ex : surveiller le diabète via un capteur indiquant le taux de glucose).

Les limites de la santé connectée

Si de nombreux objets, souvent abordables, permettent de surveiller voire d’améliorer sa santé au quotidien, ils connaissent cependant plusieurs limites. En effet, s’agissant d’objets, ils ne sont pas exempts de pannes ou de dysfonctionnement. L’éventuel risque de piratage pour les objets connectés de santé est également à prendre en compte. Les données personnelles étant un enjeu majeur de nos sociétés, celles de santé sont particulièrement sensibles et certains peuvent être réticents à confier leurs données de santé à des machines.
Enfin, un objet connecté ne saurait remplacer les compétences d’un véritable professionnel de la santé (docteur, infirmière…). Enfin, pour les objets les plus performants et complets, le prix élevé (ex : moniteur de santé à près de 500 euros) est un véritable frein à l’acquisition par les particuliers. En revanche, les professionnels de santé peuvent acquérir des objets très avancés technologiquement pour appuyer leurs diagnostics et leurs soins.

Le marché de la santé connectée

L’acquisition d’objets de santé connectée nous fait venir à notre dernier point : le marché (porteur) de ce secteur. En effet, de plus en plus d’entreprise se développent sur le secteur de la santé connectée, qu’il s’agisse de la mise au point de capteurs, de balances, de thermomètres high-tech…ou un peu de tout cela en même temps !
Ainsi, les startups de santé connectée semblent avoir le vent en poupe. Reste à savoir si ce secteur ne sera pas sur-concurrencé ni obsolète rapidement.