La réglementation impose l’utilisation de protection collective lorsque c’est possible, sinon, des EPI, dispositifs individuels dont l’utilisation, l’installation et les vérifications sont rigoureusement encadrées, notamment en ce qui concerne la ligne de vie câble pour la sécurisation du travail en hauteur.
Tout le matériel doit être marqué CE et répondre aux normes. En ce qui concerne la ligne de vie câble, nous nous pencherons sur la législation quant aux équipements individuels.

Qu’est-ce que la ligne de vie câble?

Les lignes de vie câble sont soumises à la réglementation NF EN2012 lorsqu’elles sont faites pour soutenir une seule personne. On les distingue donc des lignes de vie pouvant soutenir plusieurs personnes en même temps, et des lignes de vie rails, qui sont soumises à des réglementations différentes.
La ligne de vie câble pour la sécurité des travailleurs en hauteur est un EPI, système de protection individuelle dont l’utilisation, l’installation et les vérifications périodiques sont précisées les normes. (En savoir plus sur les lignes de vie câble)

Le fabricant doit fournir un certain nombre d’informations

La norme NF EN 795 :2012 précise que le fabricant doit fournir des informations précises sur l’installation, l’utilisation et des recommandations sur l’inspection périodique obligatoire.
L’installation est faite par des personnes qualifiées qui prennent notamment en compte la flèche de la ligne de vie et l’absence d’arêtes vives en cas de chute. Les essais et calculs sont obligatoires et le fabricant doit communiquer avec l’installateur à ce sujet.

Ces informations doivent être confirmées après l’installation

La norme NFEN795 de 0212 indique que la documentation doit fournir la preuve que l’installation a été faite selon les normes et la notice de pose du matériel. Ce document est obligatoire pour les vérifications de sécurité.
Dans le bâtiment équipé doivent également être accessibles les informations de base : adresse, emplacement, nom de l’installateur et de sa société, schéma d’installation, type d’ancrage, …
L’installation doit être testée par des essais mécaniques, des tests de corrosion mais aussi par des tests par un logiciel de calcul d’efforts, notamment pour vérifier les énergies d’impact.

Un suivi périodique imposé

Selon l’installation, il faudra en sus des normes européennes, respecter la législation française dont les articles R233-1, R233-157 et R232-1-12 du Code de Travail et se soumettre à l’Inspection du Travail.
Des arrêtés, dont celui du 19 mars 1993 et celui du 7 mars 2008 prévoient des vérifications annuelles par des personnes qualifiées qui doivent être consignées dans un registre de sécurité.
Il est impératif de vous renseigner et de demander conseil pour votre installation afin d’être accompagné pour le mieux.