Une hypothèque est une garantie qu’une banque prend lorsqu’elle accorde un crédit à une personne physique ou morale en ce qui concerne l’achat d’un bien immobilier. Cette hypothèque peut porter sur le bien que vous voulez acheter ou sur un autre qui vous appartient déjà. Au Québec, la consommation de ce produit a augmenté depuis plusieurs années et devient un véritable problème pour les institutions financières et pour les personnes qui y souscrivent. Alors, votre hypothèque, est-elle bonne ou mauvaise ?

Qu’est-ce qu’une bonne hypothèque ?

L’hypothèque est certainement une dette qu’il faudra payer. Par exemple, il existe aujourd’hui de nombreuses maisons neuves en vente. Si vous nourrissez le besoin de vous en procurer, tout ce que vous avez à faire c’est de prendre une hypothèque. On dira que cette hypothèque est bonne si la valeur de votre bien immobilier augmente au fil des années. En d’autres termes, une bonne hypothèque est un investissement à long terme et qui fait intervenir des actifs dont les prix sont susceptibles d’augmenter. Une bonne hypothèque devra vous permettre de rembourser les frais de votre dette si le bien immobilier est vendu. Alors, si vous êtes dans ce cas, vous savez que votre hypothèque est bonne.

Qu’est-ce qu’une mauvaise hypothèque ?

Cette bonne hypothèque peut devenir une mauvaise sous plusieurs conditions. Dans le premier cas, si le propriétaire de l’hypothèque se permet d’ouvrir une marge de crédit hypothécaire pour acheter des biens de consommation comme les mobiliers et les équipements électroménagers, cette dette devient mauvaise. En d’autres termes, ces biens de consommation déprécieront d’année en année et ce sera un mauvais investissement. Les mauvaises dettes sont en réalité, des accumulations de crédits sur carte de crédit, les achats de biens de consommation à payer sur une longue période. En général, une accumulation de dettes sur une longue période est mauvaise, parce qu’il faudra obligatoirement payer et les conditions peuvent être défavorables financièrement.

Quels facteurs à considérer ?

Il existe des cas où il faut prendre des dispositions pour ne pas transformer la bonne hypothèque en une mauvaise. Par exemple, lorsque le prix du bien immobilier est au-dessus de votre budget, votre hypothèque peut constituer une menace pour votre santé financière. L’hypothèque étant une dette, si elle est trop lourde, vous en payerez le prix toute votre vie. De plus, lorsqu’un nouveau couple achète une maison en hypothèque, c’est un bon investissement. Si la relation venait à ne pas durer, le bien sera vendu et sera déprécié. Les deux conjoints n’auront pas un retour sur investissement. En plus, dans le cadre par exemple, d’un congé de maternité ou de paternité, les revenus étant diminués influenceront les mensualités et les charges qui s’y ajoutent augmenteront le poids des dettes. Ensuite, il se pourrait que cette hypothèque engendre des rénovations ou l’achat de véhicules en fonction de l’accessibilité du logement… Il est donc important de prendre toutes les dispositions pour rester dans une limite appréciable afin de ne pas tourner son hypothèque en une mauvaise dette.