Solide, léger, durable, résistant à la corrosion, recyclable à l’infini et ayant la capacité de prendre presque n’importe quelle forme, l’aluminium peut permettre de réaliser dans l’architecture ce qu’aucun autre matériau de construction courant comme la brique ou le bois ne peut faire. Depuis son émergence généralisée au début du XXe siècle, elle a été un moteur de la révolution de l’architecture moderne. Passage en revue de l’évolution de l’aluminium et de son impact dans la construction, du début du XXe siècle à nos jours.

Un peu d’histoire : l’émergence de l’aluminium

Au début du XXe siècle, l’aluminium n’était pas largement utilisé dans l’architecture et les applications d’ingénierie en raison de son coût élevé. Mais au début des années 1920, grâce à des innovations dans le processus de production, le coût de l’aluminium a été réduit de 80%. En conséquence, le métal est devenu populaire pour les applications structurelles, ainsi que pour l’utilisation dans de nombreux éléments de construction, y compris les portes, les fenêtres, les coulissants, les toitures, les murs rideaux, les stores, les balustrades et les applications décoratives, pour n’en nommer que quelques-uns. Aujourd’hui, les techniques de construction ont largement évolué, les propriétaires disposent de différentes solutions de personnalisation et les constructeurs rivalisent d’ingéniosité pour satisfaire les attentes de leurs clients, avec généralement une menuiserie alu sur mesure.

Ces applications architecturales de référence

L’aluminium a notamment été largement utilisé pour la première fois dans la construction de l’Empire State Building de New York. Achevé en 1931, il est resté le bâtiment le plus haut du monde jusqu’en 1970. La structure de base et les composants du bâtiment ont été réalisés en aluminium, l’intérieur et le hall d’entrée ont également été finis avec le matériau.

Tout au long du milieu du 20e siècle, les architectes emblématiques ont largement expérimenté l’aluminium. L’un des premiers exemples les plus intéressants d’architecture moderniste utilisant ce matériau fut la Maison de l’Aluminaire, la première maison entièrement construite en métal aux États-Unis, conçue par Lawrence Kocher et Albert Frey comme une étude de cas en avril 1931. La maison Dymaxion de Buckminster Fuller est un autre exemple, remarquable pour son expérimentation avec des alliages d’aluminium légers qui démontrent un rapport résistance/poids élevé.

L’aluminium au 21e siècle

L’aluminium a continué à repousser les limites du 21e siècle. Les alliages d’aluminium modernes, par exemple, peuvent facilement supporter le poids de lourdes travées de verre, maximisant ainsi la quantité de lumière naturelle dans les bâtiments. Les gratte-ciel, avec une combinaison de cadres en verre et en aluminium, repoussent également les frontières dans le monde entier. En plus d’obtenir des formes qui défient la gravité, les cadres en aluminium permettent de construire des bâtiments de plus en plus hauts, plus éconergétiques et avec des émissions de CO2 considérablement réduites.

La révolution des bâtiments écologiques

Aujourd’hui, en mettant de plus en plus l’accent sur la construction écologique, l’aluminium est reconnu comme l’un des matériaux de construction les plus éconergétiques et les plus durables. Grâce à sa durabilité extrême,il peut être utilisé dans n’importe quelles conditions climatiques, allant de -80 °C à +300 °C. La technologie d’isolation utilisée pour les applications de fenestration en aluminium, répond aux exigences de faible consommation d’énergie des réglementations actuelles et futures.

De plus, à la fin de son cycle de vie, l’aluminium est refondu pour devenir neuf sans perte de qualité, assurant ainsi une recyclabilité infinie. Grâce à ces caractéristiques, les bâtiments à forte intensité d’aluminium ont remporté de nombreux prix de construction durable, y compris le LEED Platine (Leadership in Energy and Environmental Design), désignant ainsi le matériau comme un facteur de changement important dans le monde de l’architecture.