Un achat de résidence secondaire allie vacances en famille, découverte d’une nouvelle région et opportunités d’affaires. Il ne faut cependant pas perdre de vue qu’un tel investissement se traduit aussi des d’autres aspects au niveau de la fiscalité et des charges. Il convient donc de prendre les devant en prenant quelques précautions.

Le boom du marché des résidences secondaires

En France, après une période de vaches maigres, le marché des résidences secondaires connait actuellement une embellie tant au niveau des montants des transactions que du volume. Les taux d’intérêt, et par conséquent les prix, ont baissé. Le marché du logement haut de gamme est cependant moins porteur, mais la demande reste stable. Les étrangers, notamment les Britanniques, semblent moins s’intéresser à l’offre française, les acheteurs de résidences secondaires proviennent désormais de régions françaises plus variées.

Au bord de la mer, les prix moyens d’un appartement ou d’une petite maison oscillent entre 120000 et 170000 euros. Il s’agit de la part la plus importante des transactions de résidences secondaires. Ailleurs, il est possible de trouver les mêmes types de bien en vente à environ 50000 euros.

Achat de résidence secondaire : les coûts

Les acheteurs de résidence secondaire doivent prendre en compte des coûts fixes tels que les impôts fonciers, la taxe d’habitation et d’ordure ménagère, mais également l’entretien de la construction et des espaces verts. Ces charges peuvent les emmener à se séparer de leur bien ultérieurement. Il faut donc être sûr de pouvoir utiliser le logement rationnellement, ou à défaut, le confier en location saisonnière à une entreprise immobilière ou des particuliers.

En cas de cession d’une résidence secondaire à un prix plus élevé que celui de l’achat, la différence est taxable. Depuis 2012, une telle revente n’est plus totalement exonérée d’impôt sur les plus-values immobilières qu’après trente ans de détention ! Par ailleurs, la taxe d’habitation d’une résidence de ce type est parfois majorée par rapport à celle d’une résidence principale, car les abattements pour charges familiales ne s’appliquent pas.

Les personnes qui souhaitent investir dans une résidence secondaire doivent aussi choisir avec soin l’emplacement de la résidence en question, d’abord pour elles-mêmes et ensuite en prévision d’une éventuelle revente. L’achat proprement dit se déroule de manière classique. Dans l’ancien, un compromis de vente est d’abord signé, suivi de l’acte de vente définitif, quelques mois plus tard. Ce délai ne permet donc pas d’en jouir immédiatement.

L’achat d’une résidence secondaire neuve se fait sur plan. Un contrat de réservation est signé dans un premier temps, puis un contrat de vente en l’état futur d’achèvement (VEFA). L’achat se fait donc alors que la construction n’est pas terminée, ce qui veut dire qu’il faut aussi attendre. Dans tous les cas, une visite des lieux s’impose, tout comme une communication régulière avec les intervenants. La meilleure solution est de signer un contrat de construction mentionnant un prix global définitif et forfaitaire.