La comptabilité est un sujet qui peut déchaîner les passions. L’argent étant ce qui peut faire fonctionner un système, une organisation, financer des évolutions et payer les salaires, la gestion des flux comptables est un sujet stratégique. Dans le domaine public, l’argent ne peut pas être manipulé n’importe comment. Découvrez les spécificités qu’il existe dans la comptabilité dans la fonction publique.

Pas forcément de logique de bénéfice

Contrairement au monde de l’entreprise, les institutions publiques n’ont pas forcément des objectifs de rentabilité et de dégagement de bénéfice. Résultat, la comptabilité doit s’assurer d’une situation d’équilibre entre les recettes et les dépenses.

Ceci étant, la fonction publique intègre tout de même des établissements qui ont des logiques de rentabilité comme des musées, des entreprises publiques…

Les risques de corruption

Certaines institutions publiques disposent de pouvoir qui peuvent influencer la bonne santé économique d’une entreprise ou l’ouverture d’un marché par exemple. Il est donc important de veiller à ce que les institutions régissent et prennent des décisions de façon désintéresser et indépendante.

Outre les sanctions pénales, il existe des dispositifs internes pour éviter qu’un responsable d’une institution puisse détourner de l’argent public.

Le comptable n’est jamais donneur d’ordre

Le premier frein mis en place est une forme de séparation des pouvoirs. Un de métiers centraux de la comptabilité publique est le poste de comptable public. Celui-ci se charge de contrôler, puis de réaliser toutes les opérations comptables qui lui sont ordonnées.

Il n’a pas le pouvoir de décider d’une opération et il est également le seul a être en capacité de procéder à des mouvements de fonds.

Résultat, si un responsable est sensible à une proposition de corruption, le comptable public pourra refuser l’opération.

La responsabilité du comptable

Pour s’assurer de la bonne tenue des comptes dans la fonction publique, contrairement au secteur privé, le comptable public est tenu responsable, à titre personnel des erreurs de caisses qui pourraient être commises.

Si l’on détecte des anomalies dans la tenue des comptes, le trésor public pourra demander des comptes au comptable public. Celui-ci devra alors payer les erreurs réalisées sur ses deniers personnels.

Pour faire face à ce risque, ces derniers peuvent souscrire à une assurance professionnelle spécifique comme celle-ci qui prendra en charge les sommes dues en cas d’erreur de manipulation comptable.

A noter que le comptable peut aussi être tenu responsable en cas d’erreur commis par un comptable secondaire. Il est donc nécessaire d’être particulièrement vigilant dans ce métier.