Un enterrement demande une certaine somme d’argent. On peut même dire que pour avoir des obsèques dignes de ce nom, il est nécessaire de disposer d’un budget conséquent. Néanmoins, qui doit payer ? C’est une question qui n’est pas souvent très bien répondue. Nous allons donc aborder ce sujet dans cet article.

L’organisation des obsèques en amont

Chacun devrait normalement se préparer de son vivant à sa mort. Ce qui veut dire qu’il faudra allouer un budget spécifique pour supporter les frais relatifs au décès. C’est donc en premier lieu à la personne concernée de s’y préparer pour ne pas mettre ses proches en difficulté.

Il est donc nécessaire de souscrire à une assurance décès. Cela consiste à cotiser pour pouvoir débloquer une somme d’argent conséquente qui sera allouée pour couvrir les coûts de l’enterrement.

Il peut également épargner de l’argent à la banque et y verser une somme régulièrement. Le but est de ne dépendre de personne même à la mort. Néanmoins, il lui faudra mandater une personne proche pour débloquer la somme une fois qu’il ne sera plus de ce monde.

Payer soi-même son enterrement offre plusieurs avantages. Outre le fait d’alléger la famille, subvenir à ses propres funérailles garantit que nos préférences et envies soient réalisées à notre mort. En effet, si les proches ont peu de moyens, ils feront tout pour que cela se passe le plus simplement. Vous pouvez décider de votre vivant comment va se dérouler les obsèques (si vous souhaitez conserver les cendres dans un colombarium ou bien les disperser…)

Les proches du défunt

Si la personne décédée n’a pas ou n’a pu mettre de côté pour son départ vers la mort, ce sera à ses proches de tout prendre en main. Si le défunt est un parent, ce sera à ses enfants de couvrir les dépenses qui y sont relatives. Cependant, il n’est pas rare que toute la famille contribue à cela.

Si la personne disparue n’a plus de famille, ce sera à ses amis proches de lui payer des obsèques. Contrairement à la famille, il ne s’agit pas ici d’une obligation, mais d’une initiative. Les amis peuvent donc s’en remettre à d’autres entités comme le gouvernement pour cela.

Cela va sans dire que si les parents du défunt sont toujours en vie, ils seront les premiers responsables financièrement pour couvrir les dépenses en ce qui concerne les funérailles. Cependant, ils peuvent également se faire aider par toutes les personnes qui leur sont proches et le désirent.

Le gouvernement

Dans certains cas, le gouvernement peut contribuer à payer l’enterrement. Cependant, cela reste une aide basique. Ce qui veut dire qu’il ne s’agit aucunement d’une grande somme d’argent. S’il s’avère que le décédé n’a personne pour l’aider, il peut avoir des obsèques très simples. C’est-à-dire qu’il sera enterré sans disposer de fleur ni de véhicule spécifique pour le transporter d’un endroit à un autre avant son enterrement.

On peut également parler d’allocation allouée par le biais d’un capital-décès. Ce qui signifie que si la personne décédée était salariée d’une entreprise, une allocation sera versée par celle-ci à la famille. C’est assez similaire pour ceux qui touchent une allocation versée par la sécurité sociale.

Compte en banque du défunt

Dans le cadre d’une mort soudaine, il est possible de retirer de l’argent du compte du défunt. La banque bloque le compte d’un titulaire décédé. Néanmoins, il sera possible de retirer une somme conséquente de ce dernier à condition de suivre les démarches nécessaires à cela.

Pour ce qui est des payements des prestations des services de pompes funèbres, ils pourront prélever à hauteur de 5000 euros. Tout cela même si le compte a été bloqué par la banque. Cependant, cela ne peut se faire sans l’accord des héritiers directs du défunt.