Inventée en 1959, la lampe halogène s’est peu à peu multipliée dans les foyers, venant remplacer les anciennes ampoules à incandescence. Basée sur un principe similaire à ces dernières, elle produit une lumière identique mais consomme beaucoup moins d’énergie. Zoom sur le fonctionnement de ce type d’ampoule désormais banni du marché.

Comment fonctionne une ampoule halogène ?

L’ampoule halogène est constituée de quartz et renferme un filament de tungstène entouré par des gaz halogénés à haute pression comme le l’iode et le brome. Ces gaz permettent de protéger le filament et d’empêcher sa dégradation rapide lorsqu’il est porté à incandescence. Le filament de tungstène contenu dans l’ampoule est en effet porté à incandescence grâce à un champ électrique, ce qui lui permet de produire de la lumière. Les atomes de tungstène expulsés du filament sont captés par le gaz halogène et viennent alors former des halogénures de tungstène qui se déplacent par convection naturelle à l’intérieur de l’ampoule. Sous l’effet de la chaleur, ces halogénures se dissocient et reprennent alors leur place pour le cycle suivant. Contrairement aux ampoules à incandescence classiques, dans une ampoule halogène les atomes de tungstène sont captés par les gaz et ne viennent donc pas se déposer sur les parois internes de l’ampoule. Grâce à cette caractéristique, la lampe halogène peut fonctionner avec une surface de verre (ou plus exactement de quartz) beaucoup plus réduite.

Le tungstène et les gaz contenus dans les ampoules halogènes produisent une forte chaleur, c’est pourquoi ce type d’ampoule est fabriquée en quartz et non en verre. Le quartz peut en effet résister à une température maximale de 250 °C.

Utilisation d’une ampoule halogène

L’ampoule halogène peut fonctionner à très basse tension ou à la tension du réseau (230 V). A basse tension, l’efficacité énergétique de la lampe halogène est plus élevée mais son installation est un peu plus contraignante.

Utilisée à la tension du réseau, l’ampoule halogène est simplement raccordée au réseau de façon directe. Elle peut même venir directement remplacer une lampe à incandescence classique dans le cas où elle serait équipée d’un culot à visser. Utilisée à très basse tension (par exemple 12 V), la lampe halogène doit être raccordée au réseau 230 V à l’aide d’un transformateur.

La forte chaleur émise par les ampoules halogènes oblige les utilisateurs à prendre quelques précautions nécessaires : une ampoule halogène ne doit en effet jamais être placée à proximité d’une matière inflammable et doit toujours être hors de la portée des enfants.

Depuis le 1er septembre 2018, les ampoules halogènes de classe énergétique inférieures à B sont interdites sur le marché européen. Elle sont en effet reconnues comme non conformes aux normes écologiques européennes. Le but est d’instaurer une transition progressive vers la technologie LED, beaucoup plus économe en énergie. Après plus de 60 ans d’utilisation domestique de l’ampoule halogène, celle-ci est donc sur le point de disparaître pour le bien de notre planète. Cette mesure devrait permettre une diminution des émissions de carbone de 15 millions de tonnes par an.