Très tendance et moderne, le maquillage permanent est une pratique qui attire de plus en plus de personnes. Afin d’obtenir le résultat escompté, le praticien sélectionne un micropigment parmi une large gamme de pigments biorésorbables. Notamment pour le maquillage permanent et microblading. Pour être certain d’avoir fait le bon choix, il y a cependant quelques critères et notions à maîtriser. Découvrez lesquels dans cet article.

Types de micropigmentations

Avant toute chose, petit zoom sur les deux grands types de micropigments spécialement destinés au maquillage permanent par dermopigmentation et au microblading. À savoir les pigments inorganiques et les pigments organiques. Aussi appelés minéraux, les pigments inorganiques sont généralement composés d’oxyde de fer, de titane et de zinc. Disponibles en une large palette de couleur, ces derniers conviennent parfaitement au maquillage semi-permanent des sourcils et du contour des yeux. Longue tenue, couleurs moins vives et sensibles figurent parmi les atouts des pigments inorganiques.

Les pigments organiques, quant à eux, sont formés de liaisons de carbone. Ces pigments sont parfaits pour le maquillage permanent des yeux et de la bouche ainsi que la réalisation d’eye-liner coloré. Les couleurs, peu nombreuses, se démarquent aussi bien par leur intensité, leur luminosité que par leur effet glossy. Cliquez ici pour un petit aperçu de la gamme kits pigments consacrés aux maquillages permanents, autant des sourcils que des lèvres.

Critères de choix des pigments

Une fois le type de pigments sélectionné, il est maintenant temps de définir la couleur et la nuance adaptée à la procédure de dérmopigmentation à réaliser. Pour ce, il est impératif de maîtriser certaines notions théoriques. Premièrement, il faut tenir compte du modèle d’aiguille idéal pour la dermopigmentation comme sur ce site. Ou encore de la lame de microblading utilisée pour la procédure, en vue de déterminer son pigment.

Le type et la structure de la peau sont aussi à prendre en considération. Autrement dit, le praticien doit avoir une connaissance approfondie en matière d’anatomie cutanée pour pouvoir identifier le type de peau et le type de carnation. Outre cela, il faut souligner que le choix du pigment se fait également en fonction des connaissances en colorimétrie et pigmentologie. Le praticien doit user de ses compétences en colorimétries pour être sûr d’opter pour le meilleur pigment et la nuance adaptée au maquillage permanent demandé. C’est pour ainsi dire la meilleure manière de maîtriser la complémentarité des couleurs indispensable pour neutraliser certaines nuances de pigments. Équilibrant ainsi les différentes couleurs de peau.