Vous avez pour projet d’ouvrir votre boulangerie, mais vous ne savez pas par quoi commencer ? Découvrez dans ce dossier toutes les informations essentielles, des formations requises aux étapes à suivre, en passant par les démarches nécessaires. Suivez le guide !

Zoom sur les différentes formations possibles

La qualification professionnelle d’artisan boulanger est requise pour créer ou reprendre une boulangerie. De ce fait, au moins l’un des membres du personnel, que ce soit le dirigeant ou un salarié, doit être titulaire d’un diplôme lié au secteur de la boulangerie. Le CAP Boulanger constitue la formation la plus courante. Ce certificat est délivré après une formation d’une durée de deux ans durant laquelle vous apprendrez à préparer des pains et viennoiseries.

Cependant, des formations accélérées d’une durée de quatre à six mois sont proposées aux adultes en reconversion professionnelle souhaitant se lancer dans le métier de boulanger. Une fois le diplôme en poche, vous pouvez opter pour une spécialisation en passant une Mention Complémentaire. Cette formation d’un an vous permet de gagner en compétence et de promouvoir votre savoir-faire artisanal.

Un diplôme en gestion d’entreprise ou une expérience d’au moins trois ans en tant que chef d’entreprise ou salarié boulanger est requis pour l’inscription au répertoire des métiers. Le cas échéant, la chambre des métiers vous propose un stage d’initiation vous permettant d’acquérir les connaissances nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de votre entreprise.

Le choix de l’emplacement

Il est impératif de vous assurer que le local où vous souhaitez vous implanter se trouve dans une zone affichant un bon niveau de fréquentation. Pour ce faire, une étude de marché est de mise pour évaluer la pertinence de votre projet. Cette analyse permet d’avoir un aperçu du nombre de clients que vous aurez par jour, leur profil ainsi que leur panier moyen, la concurrence, etc.

Cependant, vous pouvez également vendre vos pains et viennoiseries de manière itinérante. L’obtention de la carte de commerçant ambulant n’est pas obligatoire dans le cas où vos tournées se limitent à la commune de votre lieu d’implantation ainsi qu’aux communes limitrophes. Quoi qu’il en soit, il est important de vous équiper en conséquence. Outre les différents ustensiles et appareils de cuisson nécessaires, la caisse enregistreuse vous facilitera grandement la gestion de l’encaissement. Les logiciels dédiés sont compatibles avec tous types de supports : Smartphone, tablette, iPad, Mac, PC, TPV…

Le statut juridique

Pour définir le statut juridique adapté à votre activité, posez-vous les bonnes questions :

  • Prévoyez-vous d’entreprendre seul ou avec un associé ?
  • Voulez-vous ouvrir votre boulangerie-pâtisserie avec ou sans apport personnel ?
  • Combien de salariés comptez-vous embaucher ?
  • Souhaitez-vous séparer votre patrimoine personnel du patrimoine de l’entreprise ?
  • Que régime fiscal désirez-vous adopter ?

En fonction des réponses, vous saurez quel statut juridique convient le mieux à votre projet. D’une manière générale, les personnes souhaitant ouvrir une boulangerie préfèrent opter pour la SAS ou la SARL. Cette dernière est facilement maniable dans le cas où vous comptez vous associer (avec votre conjoint ou autre).

Une fois votre statut juridique défini, les statuts de votre entreprise rédigés et enregistrés auprès du service des impôts, il ne vous reste plus qu’à déposer les fonds de votre capital social. L’étape suivante consiste à vous immatriculer au répertoire des métiers. Si vous voulez vous assurer que le nom, le slogan ou encore le logo de votre boulangerie ne sont pas déjà une marque déposée par une société opérant dans le même secteur d’activité, il vous suffit de vous renseigner auprès de l’INPI (Institut national de la propriété industrielle).