Après la coupe menstruelle, place à une innovation en matière de protection intime : le sous-vêtement menstruel ou culotte menstruelle. Ce sous-vêtement absorbants, imperméable, et neutralisant les odeurs, permettrait de passer ses menstruations en toute sérénité, avec ou sans protection supplémentaire.

Les problèmes liés aux protections intimes

Tous les modèles de culotte menstruelle nous promettent la même solution : discrétion, confort, éco-responsabilité, santé, absence de toxicité de contact. La culotte de règles serait alors une sorte de panacée pour les menstruations compliquées.

Toxicité et ses conséquences dramatiques, produits chimiques propres à la fabrication des serviettes jetables et des tampons, matières plastiques et perturbateurs endocriniens, sans oublier l’impact écologique désastreux des quantités énormes de serviettes jetées, non biodégradables …

Ces enjeux sont réels et ont suscité un nouveau marché de la protection intime en période de menstruation, un phénomène naturel qui concerne la femme pendant une quarantaine d’années. Les innovations ne manquent pas : tampon bio, coupe menstruelle réinventée, serviettes hygiénique lavable, et puis le fameux sous-vêtement menstruel.

Les culottes menstruelles

Les déclinaisons de sous-vêtements menstruels fonctionnent sur le même principe : le gousset du sous-vêtement est constitué d’une superposition de trois voire plus de couches de tissu. Un tissu pour capter le sang au contact des parties intimes, un autre tissu pour stocker le sang (ou les fuites urinaires ou toute autre sécrétion), enfin un autre tissu pour empêcher le sang de fuir vers les sous-vêtements.

Le concept n’est assurément pas nouveau. Le plus proche brevet remonte à 1995, lorsqu’un sous-vêtement menstruel propre pour femmes a été déposé. Et si l’on cherche bien, le concept remonte encore plus loin, jusqu’à il y a quarante ans ! il a été mis au point au Japon (1967) et en Chine (1988).

La culotte menstruelle se révèle certes plus onéreuse qu’une serviette classique ou un tampon. Mais cela tient à la qualité, notamment lorsque vous considérez les modèles affichant les meilleures performances d’absorption et les tissus spécialement traités pour les peaux sensibles.

Pourquoi porter un sous-vêtement menstruel ?

Les fuites urinaires et le sang des menstruations sont une source de gêne pour les femmes actives et également pour les adolescentes. Le sous-vêtement menstruel répond à des problématiques telles que : évacuation de la transpiration, odeurs, microbes …La capacité d’absorption d’un sous-vêtement vendu sur le commerce est de 2,5 à 10 ml de sang menstruel.

En définitive, le sous-vêtement menstruel sert aussi bien pour les menstruations que pour les fuites urinaires, la transpiration et les pertes génitales. Il peut donc être porté pour faire du sport tout en conservant une sensation de fraîcheur.

Une fois à la maison, la culotte peut être lavée à la machine, et séchée comme n’importe lequel de vos sous-vêtements.

Vous apprécierez également sa conception sans coutures. Vous pouvez donc porter la culotte sous un legging, un jean, une robe … d’autant que des coupes différentes commencent à faire leur apparition sur le marché ; coupe courte, coupe en bikini … en plus du choix parmi d’innombrables couleurs et motifs.