Le viager est une sorte de transaction immobilière qui séduit les personnes âgées, car il consiste à vendre leur bien en échange d’une rente qu’on leur versera chaque mois jusqu’à leur décès. Le viager existe en différents types et chacun apporte leur propre lot d’avantages que ce soit pour le vendeur que pour l’acheteur.

Le viager occupé

C’est la forme la plus classique en matière de viager (soit 95 % du marché).

Le vendeur continue à occuper sa maison et à en faire ce qu’il veut jusqu’à sa mort, car il dispose d’un DHU et d’un droit d’usufruit. Il reçoit le bouquet à la signature de la vente (30 % du prix du bien) ainsi que la rente viagère qu’on lui payera jusqu’à sa mort.

L’acheteur en contrepartie peut ainsi constituer un patrimoine sûr sans avoir à faire un gros investissement au départ et sans avoir recours à un prêt bancaire.

Le viager libre

Le viager libre est le plus recherché, mais il reste assez rare. Ici, l’acheteur est le plus privilégié. Il s’approprie du bien à la signature du contrat de vente et il peut tout de suite en faire ce qu’il veut : y habiter ou le louer.

En contrepartie, dans le cadre d’un viager libre, il remet le bouquet au vendeur au début et les rentes seront payées mensuellement à celui-ci jusqu’à son décès. Le vendeur n’aura plus aucun droit ni charges sur son bien vendu !

Le viager sans rente ou à nue-propriété

Le viager sans rente consiste à donner au vendeur l’intégralité du prix du bien au moment de la signature du contrat de vente.

Toutefois, ce dernier occupera toujours sa maison jusqu’à ce qu’il meurt. L’avantage pour l’acheteur demeure sur l’obtention d’un prix réduit du bien au début si le vendeur vient à mourir plus tard.

Et Il devient tout de suite propriétaire du bien lorsque le vendeur est décédé (plutôt ou bien tard).

La vente à terme

Cette dernière forme de viager fonctionne comme le viager occupé ou bien le viager libre mais présente une légère différence.

Que le vendeur habite ou pas sa maison, qu’il aura un DHU ou pas jusqu’à son décès, il aura le bouquet et les mensualités mais la durée du paiement des mensualités sera déterminée à l’avance, dès la signature du contrat (10 à 20 ans). Si le vendeur meurt plutôt, les rentes seront versées à sa famille et à ses héritiers.

En somme, le viager est un investissement immobilier qui demande une réflexion différente en comparaison des autres investissements immobiliers classiques comme le locatif, le résidentiel ou encore les parkings. En effet, dans ce cadre, une donnée est inconnue de tous, vendeurs comme acheteurs, à savoir la date à laquelle le propriétaire va pouvoir profiter de son bien!

En effet, cette date est déterminée par le décès du vendeur qui sera resté dans « son » bien immobilier. En ce sens, l’acheteur doit être patient et ne pas compter sur cet investissement dans l’immédiat. Ce d’autant plus que le bien est souvent vendu à un tarif plus bas que le marché, une aubaine pour sa rentabilité à long terme…