Depuis l’utilisation du béton armé en maçonnerie, différentes techniques ont vu le jour. Le « coffrage » fait partie des méthodes incontournables dans le cadre de la construction de bâtiments. Concrètement, il s’agit d’un outil qui permet de maintenir le béton en place le temps qu’il sèche totalement. Après le terrassement, le coffrage est une étape d’une très haute importance. Nous allons justement en parler. Découvrez !

En quoi consiste la technique du coffrage en travaux de maçonnerie

Comme susmentionné, le coffrage est un système utilisé pour maintenir et contenir le béton jusqu’à ce qu’il durcisse. Concrètement, c’est un moule provisoire que les maçons professionnels utilisent afin de procurer à ce matériau une forme bien déterminée ou un état de surface (rugueux ou lisse).

Depuis son apparition, la technique du coffrage a beaucoup évolué. On peut aujourd’hui tout à fait l’adapter en fonction des besoins, aussi complexes qu’ils soient, aux particularités du chantier ainsi qu’aux contraintes techniques et architecturales que cela implique. En effet, le moule en question doit pouvoir contenir et maintenir la charge du béton pendant son coulage. Il ne devrait en aucun cas permettre sa déformation. En outre, cet outil doit permettre la pose des armatures en acier.

Zoom sur les différents types de coffrages 

Habituellement, on se sert de planches en bois pour concevoir le coffrage. En fonction des contraintes de la construction, un coffrage en métal peut être utilisé.

Les planches en bois utilisés à cet effet ne sont pas forcément neuves. On peut recourir à du bois de récupération. Cependant, celles-ci devront être bien rectilignes et dotées d’arrêtes nettes. Ce type de coffrage n’est utilisable qu’une seule fois.

En outre, on peut tout à fait recourir aux planches de pin pour monter le coffrage. Malgré le coût relativement modique de ce matériau, l’utilisation du contreplaqué est plus avantageuse en termes de qualité. Il offre une meilleure résistance aux poussées en raison de sa forte épaisseur. En l’associant à un revêtement en résine, les planches deviennent moins poreuses. D’ailleurs, la réutilisation de ce type de coffrage est envisageable.

Quant au coffrage en métal, ils sont surtout employés dans le cadre de la réalisation des chantiers de grande envergure ou de la réalisation de formes atypiques.

Pour la réalisation d’un coffrage long ou d’une dalle extérieure, on vient installer des cales à intervalle régulier tout au long du moule. En procédant de la sorte, on évite les éventuelles déformations après avoir coulé le béton, la moule en question sera renforcée. Pour cela, il faudra chasser au maximum les bulles d’air qui s’y sont formées. Il suffit de frapper avec un marteau le coffrage garni de béton. On appelle cela « la technique du béton vibré ».

Le décoffrage n’aura lieu que si le béton a pris et est bien stable. Nous vous conseillons de laisser cette opération aux soins d’un professionnel comme https://www.macon-60.fr/ qui est un macon expérimenté dans l’Oise.

Comment se déroule le décoffrage ?

Une fois que le béton est sec, les coins et les arrêtes deviennent plus fragiles. Le décoffrage devra alors être opéré minutieusement pour éviter de les endommager. Un problème se pose toutefois, car les planches sont désormais collées au béton.

Afin d’éviter les dommages résultant de leur retrait, tous les piques et les cales posés le long du coffrage seront enlevés en premier.

Pour poursuivre, il faudra frapper délicatement le coffrage au moyen d’un marteau. Grâce aux vibrations qui en résultent, le moule pourra se détacher du béton.

Enfin, il ne reste plus qu’à retirer le coffrage. Cette opération sera entreprise dès lors qu’un espace entre le bois et le béton est constaté. Retenez qu’il est possible de retirer aisément les planches à condition de les avoir enduites d’huile de coffrage.